L’éducation civique dans l’Italie républicaine

Nous publions sur ce blog les abstracts des interventions à la conférence Quelle éducation à la citoyenneté pour quelle démocratie? Perspectives transnationales du XIXe au XXIe siècle.

Luigi Cajani

Le point de départ de ma communication est la toute récente loi italienne 92/2019, qui a introduit dès l’année scolaire 2020-2021 l’enseignement curriculaire de l’éducation civique (educazione civica) dans l’école primaire et secondaire. Cette loi amène une définition très détaillée du programme, qui comprend éléments de formation juridique et politique concernant l’État italien et l’Union européenne à côté d’un ensemble assez  hétérogène: éducation digitale, éducation au développement durable, éducation à la protection du patrimoine et de l’environnement, formation de base à la protection civile, valorisation des identités et de la production agroalimentaire d’excellence.

Pour interpréter ce programme, qui marque un tournant dans l’école italienne, je le placerai dans la double perspective de l’histoire de l’éducation civique en Italie et de la politique actuelle de la part de certaines institutions européennes. En ce qui concerne la première perspective, l’éducation civique  a toujours joué un rôle incertaine dans l’école de l’Italie républicaine. Introduite en 1958, elle n’eut pas d’autonomie pendant les décennies suivantes mais fut liée, de façon marginale et subordonnée, à l’enseignement de l’histoire. Les manuels d’éducation civique furent très peu nombreux et encore moins utilisés en classe, comme montrent les enquêtes menées auprès des enseignants, qui en général se bornaient à donner quelques informations sur la Constitution italienne. Cette situation changea au début du 21ème siècle: la crise politique et sociale de l’Italie, qui se reflétait dans la baisse de participation aux élections et dans le manque d’intérêt pour la politique auprès des jeunes gens, éléments auxquels s’ajoutait la difficile transition vers la société multiculturelle créée par l’immigration en provenance des pays non européens, ont stimulé une nouvelle réflexion sur l’éducation à la citoyenneté. Deux visions s’affrontèrent alors: faire de l’éducation à la citoyenneté une matière curriculaire autonome ou bien la faire passer de façon transversale à travers toutes les matières. Avec la nouvelle loi, la première vision l’a finalement emporté. Dans cet aboutissement, il faut voir aussi l’influence de la politique éducative du Conseil de l’Europe. En effet, après des décennies de  travail sur l’enseignement de l’histoire comme instrument pour bâtir une conscience européenne puis pour favoriser la démocratisation des États qui étaient auparavant au-delà du rideau de fer, le Conseil donne maintenant dans ses nouveau projets ces tâches aux programmes d’éducation à la citoyenneté, avec une attention particulière aux tensions sociales.

Bibliographie

Maria Corda Costa (a cura di), Formare il cittadino. Laboratorio di educazione civica per la scuola secondaria, La Nuova Italia, Firenze, 1997.
Luciano Corradini, Giuseppe Refrigeri, Educazione civica e cultura costituzionale. La via italiana alla cittadinanza europea, Il Mulino, Bologna 1999.
Luciano Corradini, Walter Fornasa, Sergio Poli, Educazione alla convivenza civile. Educare, istruire, formare nella scuola italiana, Armando Editore, Roma 2003.
Alessandro Cavalli, Dall’educazione civica all’educazione civile, in Lorenzo Caselli (a cura di), La scuola bene di tutti, Bologna, Il Mulino, 2009, pp. 37-50.


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.