L’école et les valeurs de la République : une exposition itinérante du Munaé

Auteurs: Nicolas Coutant, Directeur adjoint du Musée national de l’Éducation, Delphine Campagnolle, ancienne Directrice du Musée et Commissaire de l’exposition.

Créée en 2015, l’exposition itinérante L’école et les valeurs de la République s’inscrit parmi les actions alors mises en place par Réseau Canopé, autorité de tutelle du musée, à la demande du Ministère de l’Education nationale. Elle s’articule notamment à la plate-forme Valeurs de la République, qui propose aux membres de la communauté éducative une grande variété de ressources, ainsi qu’à plusieurs publications.

Un propos en prise avec les enjeux éducatifs

Conçue et mise en œuvre par Delphine Campagnolle avec la participation de Jean-Luc Villemin et Bertrand Lécureur, l’exposition s’attache à remettre le sujet dans une perspective historique permise par l’utilisation des riches collections du Musée national de l’Education. Le propos interroge la nature des valeurs défendues, les acteurs les faisant vivre à l’école et, enfin, leurs manifestations en contexte scolaire. Elle développe pour cela onze sous-thématiques :

  • Le droit d’être instruit, l’acquisition de savoirs universels
  • Les symboles de la République
  • Du respect de la Laïcité
  • Du respect du fait religieux
  • Rôle et formation des enseignants
  • La prise de parole : de la morale républicaine au débat d’idées
  • La mixité
  • Seul et ensemble : être un élève-un citoyen, être un groupe-une société
  • Trouver sa voie : erreurs, échecs, succès, de la méritocratie à la réussite éducative
  • Habiter l’école
  • Rôle et place des parents à l’école.

Une exposition fondée sur les collections du musée

L’ampleur des collections du musée, qui conserve près de 950 000 objets et documents, permet de fonder le propos de l’exposition sur un ensemble patrimonial de référence documentant le sujet du XIXe siècle à nos jours. Le discours mobilise notamment les photographies, au premier rang desquelles les clichés de l’Institut Pédagogique National qui s’attacha durant toute la seconde moitié du XXe siècle à saisir des situations éducatives en missionnant des photographes comme Jean Suquet ou Pierre Allard. Les travaux d’élèves, parmi lesquels quelques manuscrits d’illustres, apportent également une matière précieuse pour saisir les réalités scolaires, de la même manière que les manuels, les planches didactiques, les vues sur verre et certains documents administratifs. Certaines œuvres d’art ou travaux résultant de processus artistiques sont également mobilisés, en particulier les poupées réalisées dans les années 1970/1980 par Marie-Jeanne Nouvellon. Enfin, le propos est complété par de nombreux rappels chronologiques ainsi que par plusieurs citations ancrant le sujet dans l’œuvre d’auteurs issus du corpus scolaire traditionnel (Cicéron, Hugo), de personnages ayant joué un rôle politique aux périodes concernées (Condorcet, Jaurès) ainsi que de chercheurs contemporains (Mireille Estivalèzes, Antoine Prost, Olivier Lazzarotti).

Cette récompense donnée aux élèves méritants est très intéressante pour les nombreux symboles qu’elle reproduits. Marie-Anne, prénom très répandu au XVIIIe siècle devient la femme symbole de la République, choisie par les Révolutionnaires pour incarner le peuple. Elle est coiffée le plus souvent d’un bonnet phrygien porté par les esclaves affranchis en Grèce et à Rome. Elle rayonne par sa beauté et par le collier d’or aux monogrammes RF (République française) ; bleuets, marguerites, et coquelicots recomposent les couleurs du drapeau, les scènes du 14 juillet 1789 et de 1880 illustrent selon le terme de Victor Hugo « la chute de toutes les Bastilles ». Appelés à remplacer les crucifix dans les salles de classe, à partir des années 1880, les bustes de Marianne participent à la mise en scène et à la valorisation de la République, au sein de l’École.
Témoignage national de satisfaction à l’effigie de Marianne et des figures de la Révolution Française. Vers 1892. Charles Gauthier et Jacques France, E. Werner.

L’approche patrimoniale permise par les collections constitue l’originalité de cette exposition itinérante, en ancrant le sujet dans la matérialité des images et des objets. Porteurs d’un caractère tangible indéniable, ces témoignages facilitent la transmission d’un discours parfois jugé trop abstrait ou trop complexe. En resituant le propos dans le temps long, ils peuvent par ailleurs contribuer par à apaiser les débats. C’est ainsi que le musée a développé sur le même modèle des propositions  portant  sur des thématiques connexes, notamment sur les discriminations de genre et sexuelles.

À la demande de l’association Comité national d’action laïque, qui défend la laïcité, Marianne, dessinée par l’illustrateur Jean Effel, est devenue une petite écolière. Elle utilise le tableau noir pour vanter l’école publique à une époque où certains craignent une reprise des écoles religieuses financées par l’État.
Affiche Ne nous désunissez pas dès l’enfance ! (…), Jean Effel, éditeur Comité National d’action laïque, vers 1960.

Une large diffusion

Conçue dans un format itinérant facilement transportable, l’exposition est proposée aux établissements scolaires, notamment aux collèges, mais aussi à tout type de structure désireuse de l’emprunter. Les collections qui l’illustrent font par ailleurs l’objet d’actions de médiation réalisées in situ, dans les locaux du musée, autour de plusieurs thématiques : La leçon de morale ; Sur les pas de Jules Ferry : une école obligatoire, gratuite et laïque ; L’école s’affiche, Filles/garçons : sur les chemins de l’égalité ; Education et LGBTI ; Métier d’enseignant(e), métier d’élève : un regard sociohistorique sur les conceptions et pratiques éducatives

L’affiche que semble lire cette petite fille fait allusion à une grande manifestation du 19 juin 1960, à Vincennes, de protestation contre la loi Debré qui donnait des avantages aux écoles privées. Tout au long du XXe siècle, les débats et les manifestations pour ou contre les écoles publiques/privées ont existé. Ces combats se sont apaisés, mais d’autres ont vu le jour notamment autour de la question des signes religieux ostensibles à l’école.
Rentrée scolaire : une petite fille devant son école, 1959. Pierre Allard et Jean Suquet, photographes de l’Institut Pédagogique National.


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.