Matteo Galdi et l’éducation à la citoyenneté des peuples du Proche-Orient

Nous publions sur ce blog les abstracts des interventions à la conférence Quelle éducation à la citoyenneté pour quelle démocratie? Perspectives transnationales du XIXe au XXIe siècle.

Empire napoléonien, démocratie et colonies au début du XIXe siècle. Matteo Galdi et l’éducation à la citoyenneté des peuples du Proche-Orient

Massimiliano Vaghi

Le patriote italien Matteo Angelo Galdi (1765-1821) est connu surtout pour avoir exercé la fonction d’agent diplomatique de la République cisalpine (puis de la République italienne et du Royaume d’Italie) à La Haye et pour son pamphlet De la nécessité d’établir une république en Italie (1796). Toutefois sa réflexion sur le nouvel ordre international né de la Révolution française dépasse sans conteste le cadre de la péninsule italienne: alors que les événements révolutionnaires n’ont encore que dix ans, Galdi commence à s’intéresser au présent et à l’avenir de l’Europe et de l’espace géopolitique de la Méditerranée et du Proche Orient.

Tant dans ses écrits que dans sa correspondance, Galdi nous offre une analyse complexe des rapports inégaux qui existent entre la France et les républiques «alliées» et les royaumes d’Orient, et s’interroge également sur l’articulation entre «liberté» et «démocratie» dans les États au nord comme au sud de la Méditerranée. Ainsi, si la France du Consulat et de l’Empire a trahi en partie les idéaux révolutionnaires et universalistes originels, elle est et demeure tant le guide des patriotes européens, qu’un pays incarnant l’espoir pour les peuples «barbares» inscrits en-dehors de l’Europe. La nécessité de lutter contre les puissances réactionnaires continentales et aussi contre l’avidité coloniale de l’Angleterre au Proche Orient et, en parallèle, celle d’éviter le risque de l’anarchie en Europe, font office de vocabulaire commun entre les divers courants des patriotes européens: ces combats partagés leur imposent la coopération avec les Français et Bonaparte pour construire un nouvel ordre européen, méditerranéen et peut-être ensuite mondial.

Pour Matteo Galdi la mission politique et civilisatrice de la France napoléonienne, fille des Lumières et de la Révolution, n’est donc pas limitée au territoire européen, et elle se caractérise par des propos qui annoncent la pensée colonisatrice qui prendra son plein essor à partir du Second Empire et pendant la Troisième République.

Pour reprendre les mots – particulièrement emphatiques et rhétoriques – de Gabriel Hanotaux, la France poursuit alors «sa tâche dans la double voie où l’ont engagé son instinct et sa raison: propagande de justice parmi les peuples civilisés, expansion de la civilisation chez les peuples attardés». Les écrits du patriote italien apparaissent ainsi comme un pont entre l’Europe absolutiste du XVIIIe siècle (frappée par des mouvements révolutionnaires aux expressions variées) et celle qui, désormais sûre d’incarner le progrès, se portera, à partir de la moitié du XIXe siècle, à la conquête des nations «barbares» d’outre-mer.


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.