L’éducation des filles à la citoyenneté en Suisse romande (1815-1860)

Nous publions sur ce blog les abstracts des interventions à la conférence Quelle éducation à la citoyenneté pour quelle démocratie? Perspectives transnationales du XIXe au XXIe siècle.

« Apprenez donc aux garçons à coudre » ! L’éducation des filles à la citoyenneté en Suisse romande, des représentations aux pratiques (1815-1860)

Nathalie Dahn-Singh

Dès les années 1820, munies d’une foi à toute épreuve en la compétence éducative de l’État, les élites politiques libérales puis radicales de plusieurs cantons suisses font la promotion de l’éducation du « peuple » à la citoyenneté au nom de la souveraineté populaire nouvellement acquise. Or, si les femmes se voient progressivement cantonner à la sphère privée et refuser l’accès aux droits politiques en Suisse – et ce jusqu’au dernier tiers du XXe siècle –, bien des manuels scolaires et des discours mettent en avant leur influence sur les mœurs de la nation à titre de mères, épouses et même institutrices. L’éducation civique scolaire introduite dans plusieurs cantons dès la Régénération (1830-1831) s’adresse ainsi aux garçons comme aux filles des classes populaires.

Si plusieurs travaux sur la période révolutionnaire, puis la fin du XIXe et le début du XXe siècle ont entrepris de « penser la citoyenneté avec le genre » (G. Mazeau, C. M. Plumeauzille, 2015), la recherche sur le sujet est encore en friche pour ce qui est de la première partie du XIXe siècle, qui a même été décrite en Suisse comme marquée par un « désintérêt » envers l’instruction des filles. Cette communication se propose de réévaluer cette affirmation à l’aune de la presse, des débats politiques, des supports d’apprentissage (pétris d’exempla féminins portant aux nues la simplicité rurale, et dont plusieurs sont écrits par des femmes) et de rapports d’inspection des écoles. Il s’agit d’analyser les représentations des élites politiques, mais aussi les pratiques éducatives à l’exemple du canton de Vaud (canton protestant) autour d’un moment d’élargissement du corps électoral, en 1830-31, en comparaison avec le canton de Fribourg (catholique) après 1848.

Les sources mobilisées permettent d’interroger les rapports de pouvoir qui traversent la question de la citoyenneté et, partant, les dynamiques d’inclusion et d’exclusion que le prisme du genre met en exergue. Dans l’espace protestant, les deux femmes auteures étudiées, Henriette Desmeules-Chollet et Herminie Chavannes, participent activement à la constitution d’un véritable marché éditorial de l’éducation à la citoyenneté qui est largement le produit de transferts culturels. Anciennes gouvernantes pour l’élite européenne, elles se consacrent dans leurs supports pédagogiques à l’éducation morale et civique des classes défavorisées en milieu rural (le « peuple »). Leurs ouvrages, et plus généralement les discours et manuels scolaires étudiés donnent à voir que la citoyenneté est pensée par les élites politiques (libéraux et radicaux) en termes de complémentarité des rôles sexués.  

À cet égard, le premier XIXe siècle représente sans doute une période charnière marquée par un repli des femmes dans la sphère privée à mesure que se développe dans les discours une séparation nette entre les espaces féminin et masculin, privé et public ; en même temps, de par ce rôle domestique, les femmes sont justement au cœur du projet de régénération morale du XIXe siècle, ce qui justifie paradoxalement la nécessité de les éduquer à la citoyenneté. À la suite de travaux récents formulant l’hypothèse d’une citoyenneté plurielle (culturelle, politique…), cette communication postule ainsi que les femmes se dotent à divers titres d’une acception alternative de la citoyenneté. Dans le même temps, les rapports d’inspection des écoles de Fribourg et Vaud révèlent qu’en pratique, l’éducation civique, et en particulier celle des filles, est largement délaissée après son introduction : il semble ainsi que l’éducation civique serve davantage à alimenter la rhétorique et la vision de la société des élites politiques qu’à implémenter leurs idées.

Bibliographie

Barthélémy, Pascale, Sebillotte Cuchet, Violaine, « Sous la citoyenneté, le genre », Clio. Femmes, Genre, Histoire 43, 2016, p. 7‑22.
Caspard, Pierre, « A quoi tient la supériorité des filles ? Contribution à l’analyse historique d’un problème », Histoire de l’éducation 115‑116, 2007.
Dahn-Singh, Nathalie, « Former de bons et utiles citoyens ». L’éducation du peuple à la citoyenneté dans deux cantons romands (1815-1860), thèse de doctorat, Université de Lausanne, 2019, 400 p.
Desan, Suzanne, « Pétitions de femmes en faveur d’une réforme révolutionnaire de la famille », Annales historiques de la Révolution française 344, 2006, p. 27-46.
Fayolle, Caroline, La femme nouvelle. Genre, éducation, Révolution (1789-1830), Paris, CTHS, 2017.
Joris, Elisabeth, « Liberal und eigensinnig ». Die Pädagogin Josephine Stadlin – die Homöopathin Emilie Paravicini-Blumer : Handlungsspielräume von Bildungsbürgerinnen im 19. Jahrhundert, Zurich, Chronos, 2011.
Godineau ,Dominique, Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Aix-en-Provence, Alinéa, 1988.
Godineau, Dominique, « Autour du mot citoyenne », Mots 16 (Langages. Langues de la Révolution française), 1988, p. 91‑110.
Mazeau, Guillaume, Plumeauzille, Clyde Marlo, « Penser avec le genre. Trouble dans la citoyenneté révolutionnaire », La Révolution française 9, 2015.
Riot-Sarcey, Michèle, « De l’historicité du genre citoyen », in Hans-Ulrich Jost, Monique Pavillon, François Vallotton (éd.), La politique des droits. Citoyenneté et construction des genres aux 19e et 20e siècles, Paris, Kimé, 1994, p. 43‑52, p. 46.
Praz, Anne-Françoise, De l’enfant utile à l’enfant précieux. Filles et garçons dans les cantons de Vaud et Fribourg (1860-1930), Lausanne, Antipodes, 2005.
Scholl, Sarah « “Soyez courageux et dociles !” Les normes religieuses comme vecteur d’éducation au patriotisme en Suisse (1870-1914) », Revue suisse d’histoire 63, 2013, p. 343‑363.
Rogers, Rebecca, « Le sexe de l’espace. Réflexions sur l’histoire des femmes aux XVIIIe et XIXe siècles dans quelques travaux américains, anglais et français », in Jean-Claude Waquet, Odile Goerg et Rebecca Rogers (dir.), Les espaces de l’historien, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2000, p. 181-202.
Wecker, Regina, « Die Politik mit dem Bürgerrecht », traverse. Revue d’histoire 1, 2013, p. 141-155.


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.