Une ethnographie des cours d’intégration pour adultes migrants

Nous publions sur ce blog les abstracts des interventions à la conférence Quelle éducation à la citoyenneté pour quelle démocratie? Perspectives transnationales du XIXe au XXIe siècle.

La nationalisation des étrangers. Une ethnographie franco-allemande des cours d’intégration pour adultes migrants: anatomie d’un schème inédit d’éducation civique

Emma Fiedler

Depuis le début des années 2000, le durcissement identitaire du droit à la naturalisation est allé de pair avec l’introduction pionnière, aux Pays-Bas, de cours d’intégration obligatoires pour tout migrant non européen (TCN) désirant obtenir un permis de séjour, soit un « droit de cité » préalable à un possible et (très) ultérieur « devenir citoyen ». La généralisation rapide à l’ensemble de l’Europe occidentale de ces programmes nationaux d’intégration « sous injonction » (Gourdeau, 2013) – reposant sur la transmission et l’apprentissage institutionnalisés de la langue officielle, de la ‘culture’, de l’histoire, des institutions, des normes et valeurs du pays d’accueil – signait la fin des anciens « modèles » fluctuant jusque-là entre universalisme et particularisme, entre traditionnelles tendances assimilatrices ou différentialistes.

La création « d’ethnicités fictives » par le biais des efforts de « nationalisation » (Balibar & Wallerstein, 1988 : 130)1 et de relocalisation des appartenances des « candidats à l’immigration » devrait dès lors cohabiter avec les vaines prétentions postnationales de la communauté européenne, tout en répondant aux besoins harmonisateurs de la soi-disant « Méthode Ouverte de Coordination » (OMC) de l’Union. La généralisation de ce dispositif (im)migratoire concret s’est accompagnée, dans le même temps, de l’élaboration discursive d’une nouvelle frontière symbolique, d’inspiration grecque antique, séparant les dénommés « autochtones », entendus comme « ceux qui seraient nés de la Terre même » (Detienne, 2010 : 24), des Autres, ces Etrangers dits « allochtones » et exclus ainsi de fait des « rhétoriques de l’appartenance » (Comas D’argemir, 1996) surgissant au détour du millénaire, dans une « fixation » des origines paradoxale2. Comment, en effet, peut-on mesurer une acquisition méritée de l’autochtonie ? La mise en place de ces « citizenship trajectories » sur le modèle néerlandais a été analysée comme une réactivation des schèmes civiques, républicains et communautaires de la citoyenneté3, comprenant une réaffirmation des obligations nationales, tout comme des éléments identitaires. Une analyse comparative de l’administration de l’immigration régulière requiert d’envisager les institutions étatiques en détenant la charge sous l’angle d’organisations à la fois concrètes – échafaudant des « écoles d’intégration » pour migrants, objets tout à fait inédits dans l’histoire migratoire – et « morales » (Fassin, 2013 : 23), en tant qu’instances productrices de symbolique. Après avoir retracé la généalogie de ce dispositif transnational européen, nous reviendrons sur nos observations de terrain au sein des cours d’intégration – déclinés en formations linguistiques et civiques – de l’OFII (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration) en France et de son équivalent du BAMF (Bundesamt für Migration und Flüchtlinge) en Allemagne, en exposant les enjeux d’une telle « éducation à la citoyenneté » dans deux « ordres nationaux des choses » (Malkki , 1992) détenant, historiquement du moins, des régimes antagonistes en termes de conception de l’appartenance nationale (Brubaker, 1992 ; Dumont, 1991) et de gestion de la différence, là où une institutionnalisation scolaire des processus d’intégration semble produire, finalement, des Etrangers.

Références bibliographiques

Balibar Etienne & Wallerstein Immanuel, Race, Nation, Classe. Les identités ambigües. Paris, La Découverte, 1988.
Brubaker Rogers, Citizenship and Nationhood in France and Germany, Harvard University Press, 1992.
Comas d’Argemir Dolores, “L’Arbre et la Maison. Métaphores de l’appartenance”, Dans: Daniel Fabre (dir.), L’Europe entre Cultures et Nations, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2015.
Detienne Marcel, L’identité nationale. Une énigme, Paris, Filio Histoire, 2010.
Dumont Louis, L’idéologie allemande. Homo Aequalis II. France – Allemagne et retour, Paris, Gallimard, 1991.
Dupont Florence, Rome, la ville sans origine. L’Enéide, un grand récit du métissage ?, Paris, Gallimard, 2011.
Fassin Didier, Juger, réprimer, accompagner. Essai sur la morale de l’Etat, Paris, Editions du Seuil, 2013.
Gourdeau Camille, L’intégration des étrangers sous injonction. Genèse et mise en oeuvre du Contrat d’Accueil et d’Intégration. Thèse de doctorat en sociologie sous la direction d’Alain Morice, Unité de Recherche Migrations et Sociétés (URMIS), Universités Paris-Diderot et Nice Sophia Antipolis, 2013.
Kostakopoulou Dora, Van Oers Ricky & Ersboll Eva, A re-definition of belonging? Language and Integration Tests in Europe, Martinus Nijhoff publishers, Leiden & Boston, 2010.
Malkki Lisa, “National Geographic: The rooting of people and the territorializations of National Identity among Scholars and Refugees”, Cultural Anthropology, 1992, Vol.7 (1).
Weber Eugen, Peasants into Frenchmen. The modernization of rural France (1870-1914), Stanford University Press, 1976.

  1. L’exemple paradigmatique d’une telle « nationalisation » est ici emprunté chez Etienne Balibar à l’ouvrage historique d’Eugen Weber (1976) analysant la modernisation tardive de la France rurale sous la IIIème République, à travers la fabrication homogène d’une « ethnicité fictive » dans l’unification du langage et l’éradication des patois régionaux, laborieusement mise en oeuvre par l’institution de l’école républicaine obligatoire et l’action de ses « hussards noirs ». Une telle entreprise est aujourd’hui à l’oeuvre à l’adresse des adultes migrants de pays tiers. []
  2. Imbriglio entre « contrat » et « culture », Demos et Ethnos, ces éléments gréco-romains attribuant respectivement aux modèles antiques d’Athènes et de Rome un goût pour la « fixion » (ou bien fixation) des origines contre la célébration de leur « fiction », comme en témoignaient des rites d’Origo déjouant la permanence (Dupont, 2011). []
  3. Comme les sciences politiques l’ont déjà envisagé, trois définitions principales de la citoyenneté peuvent être dégagées : celle, minimale, d’un statut légal offrant des droits, ou de « ce que l’on reçoit » en faisant partie d’une population citoyenne ; celle, civique, républicaine, d’une citoyenneté entendue comme activité et participation, ou de « ce que l’on doit » en termes de devoirs ; celle, enfin, d’une identité et d’une appartenance, définissant « ce que l’on ressent » en étant membre, « l’Etat pouvant dès lors se considérer dans ce cadre comme l’incarnation légale d’une certaine communauté nationale » [Kostakopoulou, 2010 : 86]. []

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.