Le Petit catéchisme républicain de Jean Macé (1848)

Author: Jean-Charles Buttier

En 1848, Jean Macé a 33 ans et est encore inconnu, puisqu’il ne fonde la Ligue de l’Enseignement qu’en 1866 sur le modèle de l’organisation belge créée deux ans plus tôt. Il faut donc se garder de toute vision téléologique et anachronique de la jeunesse de celui dont le nom est attaché à la défense de la laïcité.

Dans ce contexte révolutionnaire, il se consacre toutefois déjà activement à la vulgarisation politique. Alors que la Révolution de 1848 éclate en février, il était porté vers le fouriérisme comme l’indique Jean-Paul Martin dans sa notice du Maitron1. Il se lance dans la diffusion des idées démocrates-socialistes en dirigeant de novembre 1848 à juin 1849 le Bureau de propagande socialiste, organe démocrate-socialiste.
C’est au cours de cette période d’active propagande démocratique que paraît ce Petit catéchisme républicain qui ne fut jamais réédité et qui s’inscrit dans un ensemble de brochures politiques écrites par Macé. Il est intéressant de noter que le champ lexical religieux est largement présent dans les titres de ces brochures puisqu’en 1848 sont également parues Les Vertus du républicain ou encore la Profession de foi d’un communiste.

Jean Macé, Petit catéchisme républicain. Par Jean Macé,
auteur des Vertus du Républicain et Entretiens du Père Moreau,
Paris, Garnier frères libraires, 1848, 24 pages.
Ouvrage conservé à la BnF (cote 8-LB53-1614), numérisé sur Gallica

Ce court catéchisme (24 pages) s’inscrit dans deux temporalités particulières de l’éducation démocratique à l’œuvre dans cette première moitié de XIXe siècle français. D’une part, il insère son texte dans un genre qui a connu une forte diffusion depuis la Révolution française (le catéchisme politique) et d’autre part il se rapproche d’une tendance quarante-huitarde à tendre vers un christianisme primitif qui serait compatible avec le socialisme. Macé fut par exemple influencé par Philippe Buchez et considère dans son catéchisme que la République est la réalisation du message christique originel dénaturé par l’Église catholique.
L’auteur qui se présente comme un « garde national du 11e arrondissement » dans l’une de ses brochures, fait ainsi le choix d’adopter une pédagogie catéchistique traditionnelle constituée d’une succession de demandes (D) et de réponses (R) pour favoriser la mémorisation par cœur. Le retour à un christianisme primitif développe également à l’idée que l’Église contre-révolutionnaire en aurait dénaturé le message originel. La fraternité s’apparente alors à une morale syncrétique sous la plume de Macé. Le discours sur l’accomplissement du message christique par la Révolution et la République est un classique dans les années 1840 alors qu’il était peu présent pendant la Révolution française. Ce lieu commun se retrouve dans cet extrait :
« D. Sur quoi se fonde la fraternité ? R. Sur le même principe que l’égalité. Nous devons tous nous aimer comme des frères, étant tous les enfants du même dieu. D. Une république démocratique fondée sur la liberté, l’égalité, la fraternité, n’est donc autre chose que la loi de Dieu ? R. Ceci est clair. »

En cela, il opte pour un genre littéraire qui se fonde sur un transfert de pédagogie à partir des années 1770 et surtout de 1789. Ainsi, le contexte révolutionnaire a vu la large diffusion de catéchismes favorables ou hostiles à la Révolution et les autorités du Directoire (1796-an IV jusqu’en 1799-an VIII) ont diffusé des catéchismes républicains en guise de manuels officiels. C’est le cas du Catéchisme républicain, philosophique et moral de Poisson de La Chabeaussière par exemple2. Les républicains des années 1830 proches de la Société des Droits de l’Homme et du Citoyen ont également diffusé des catéchismes. Dans la continuité de ces textes militants, ceux de 1848 ne sont pas destinés aux enfants dans leur immense majorité car ils répondent à l’urgence d’une éducation politique en temps de suffrage universel masculin.

Nous retrouvons avec le suffrage universel l’argument d’une pédagogie accessible au plus grand nombre, en particulier les classes populaires, ce qui nécessiterait une « élémentation » des savoirs démocratiques. Cette éducation est également assortie d’une injonction morale de bien voter (ce qui soulève la question de la compétence politique alors qu’est instauré le suffrage universel masculin), comme le rappelle Macé dans son texte :
« D. Et si l’électeur n’a pas d’opinion ? R. Son premier devoir est de s’instruire, et de s’en faire une. Un républicain doit savoir ce qu’il a à faire ou bien il doit changer de patrie. »
La guerre civile est présentée à plusieurs reprises comme la menace ultime pour un gouvernement démocratique :
« D. Et si la Représentation nationale n’est pas d’accord elle-même avec le vœu de la Nation ? R. Alors, il n’y a plus de règles ; il n’y a plus de gouvernement ; l’institution est faussée et la force décide. Ne posez pas une semblable question. Elle a sa réponse dans la guerre civile. »
Macé poursuit sont raisonnement en évoquant les élections et l’abstentionnisme :
« D. Que pensez-vous de l’électeur qui néglige de prendre part à cette élection ? R. Il expose sa patrie au danger de la guerre civile. D. Pourquoi cela ? R. Si tous ne votent pas, la volonté de tous ne sera pas représentée, et si la Représentation nationale n’est pas l’expression fidèle du vœu public, elle pourra se trouver un jour en désaccord avec lui, ce qui est un cas de guerre civile. »
Le catéchisme de Macé présente cependant la particularité de défendre le droit à l’insurrection en exposant les devoirs de la force publique face à l’insurrection populaire :
« D. Quel est le devoir du gouvernement vis-à-vis de l’émeute et de l’insurrection ? R. Son devoir est de réprimer l’émeute, et de se retirer devant l’insurrection. D. Et s’il se trompe, s’il prend une insurrection pour une émeute ? R. Il arrive alors une révolution. »
La conclusion de ce raisonnement est une défense d’un mouvement révolutionnaire conçu comme résistance à un pouvoir oppresseur ; voici comme il définit ce qu’est une révolution:
« C’est un renversement du pouvoir établi déterminé par sa résistance à la volonté générale. »
Macé, tout comme Charles Renouvier la même année dans son Manuel républicain de l’Homme et du Citoyen (qui connut une éphémère existence de manuel officiel), reprend ainsi l’article 35 de la Constitution de l’an I (1793), qui faisait de l’insurrection en cas d’oppression non seulement un droit, mais même un devoir.

La vulgarisation politique est ainsi au cœur des catéchismes républicains de 1848, cette pédagogie étant perçue par Macé, entre autres, comme compatible avec l’objectif de républicanisation rapide des nouveaux électeurs.

  1. Voir la notice suivante : https://maitron.fr/spip.php?article135970, notice MACÉ Jean, François par Notice réécrite par Jean-Paul Martin, version mise en ligne le 1er décembre 2010, dernière modification le 28 janvier 2014 []
  2. Pour une présentation de l’ouvrage, voir cet article dans la Bibliothèque républicaine virtuelle du CEDRE : http://cedre.univ-psl.fr/ressources-numeriques/bibliotheque-republicaine/catechisme-republicain-philosophique-et-moral/ []

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.