La République d’enfants pour incarner une citoyenneté supranationale

Nous publions sur ce blog les abstracts des interventions à la conférence Quelle éducation à la citoyenneté pour quelle démocratie? Perspectives transnationales du XIXe au XXIe siècle.

La République d’enfants pour incarner une citoyenneté supranationale ? L’exemple des camps internationaux d’enfants victimes de la guerre (1948-1951)

Samuel Boussion

Au cœur des enjeux de la reconstruction après la Seconde Guerre mondiale, l’éducation à la citoyenneté occupe une place de plus en plus centrale auprès de l’enfance victime de la guerre. Une idée pédagogique est alors réactivée dans différents pays, à l’occasion de l’ouverture de nouveaux lieux de placements nés des circonstances, qui ne soient ni des orphelinats, ni des maisons de correction, ni même des centres pour réfugiés : les « Républiques d’enfants ». Par-là, c’est toute une éducation en actes qui se déploie, dans laquelle les enfants auto-administrent en partie leur institution et font l’apprentissage de la compréhension internationale. Celle-ci se manifeste parfois par une vie communautaire au sein des républiques d’enfants, dans laquelle se côtoient des enfants de différentes nationalités, mais également par des rencontres internationales entre enfants de différentes républiques. C’est ce que nous souhaitons aborder dans cette contribution, en proposant une réflexion sur l’éducation à la citoyenneté dans un contexte éducatif délimité et une chronologie resserrée, permettant à la fois de ne pas la voir comme une notion « hors-sol » et de se projeter au-delà du strict cadre scolaire, non sans aborder également les critiques contemporaines de ce mouvement, issues tout à la fois du réseau même des communautés d’enfants que de milieux pédagogiques qui suivent avec attention ce processus.

Ces républiques d’enfants, ouvertes pendant ou peu après la guerre dans divers pays européens, particulièrement en Italie, en Suisse, en France mais également en Grèce ou encore en Hongrie, sont des communautés pédagogiques qui accueillent des enfants orphelins ou se retrouvant du fait du conflit brutalement séparés, et pour un temps indéterminé, de leurs parents et donc sans foyer. Certaines d’entre-elles se nomment « Républiques d’enfants » parce qu’elles sont administrées en partie par les enfants, sous la forme d’un selfgovernment avec élection de gouvernements (qu’ils s’appellent « conseils fédéraux », « conseils municipaux » ou encore « syndicats »…), parfois aussi mise en place d’une police, d’un tribunal, d’une banque, d’une monnaie intérieure, de coopératives, d’un journal. Ce phénomène prend de l’ampleur et finit par faire réseau ; en 1948 est fondée la Fédération internationale des communautés d’enfants (Fice). Cela est dû en partie au soutien apporté par l’Unesco, qui s’est donnée pour mission d’encourager la reconstruction, passant notamment par une forme d’éducation à la citoyenneté et la diffusion d’un esprit de compréhension internationale.

Ainsi, au-delà des premiers secours, il s’agit de trouver la meilleure forme d’accueil et le modèle éducatif susceptible de rééduquer les enfants victimes de la guerre et de forger les futurs citoyens d’un monde que l’on souhaite pacifié. Et malgré les drames qu’ils ont vécus, on espère alors que les enfants de la guerre non seulement sauront pardonner aux adultes d’hier mais aussi que l’on réussira à leur inculquer le sens de la compréhension internationale que les générations antérieures ont échoué à mettre en place. Ainsi, le lieu choisi pour la rencontre inaugurale de la Fice en juillet se veut à la hauteur de cette utopie : le village international d’enfants Pestalozzi, fondé deux ans plus tôt à Trogen, dans l’Appenzell-Rhodes extérieures en Suisse. Là, se dresse en effet un village construit presque de toutes pièces par un idéaliste suisse, Walter Corti, avec l’aide d’un architecte inspiré par le Bauhaus, Hans Fischli. Surtout, ce village perché au milieu des pâturages est fait de chalets suisses et chaque maison abrite les enfants d’une nation détruite par la guerre : celles des petits Français, des petits Polonais, des petits Hongrois, des petits Tchécoslovaques, des petits Grecs et même des anciens ennemis aujourd’hui vaincus, celle des petits Allemands, des petits Autrichiens, des petits Italiens. Cette image d’un village-monde dans lequel les enfants se tiendraient par la main sera abondamment reprise, largement promue par la jeune Unesco et va servir d’emblème à la Fice.

Plus encore, assez rapidement, la Fice imagine un nouveau déploiement de cette utopie supranationale en l’incarnant avec des expériences de camps internationaux d’enfants. Celui-ci apparaît comme un moyen de rééquilibrer les enfants victimes de la guerre qui ont été soumis aux craintes et aux haines nationales et raciales, et qui doivent reconstruire un futur pacifié. Si ces aptitudes sont développées dans chacune de ces unités que sont les communautés d’enfants, il semble temps de provoquer également des échanges entre enfants de communautés différentes. C’est pourquoi un premier camp international d’enfants est initié par la Fice à la République d’enfants de Moulin-Vieux, dans l’Isère, en 1949, une des communautés d’enfants les plus emblématiques, dirigée par un couple d’instituteurs, Henriette et Henri Julien. Malgré l’optimisme et l’enthousiasme initiaux, très rapidement le bilan est cependant mitigé et ne fait que renforcer les dissensions autour du modèle du selfgovernment. Outre les problèmes de différences d’âge et de compréhension, certains rapporteurs de l’expérience évoquent l’aspect fermé de la République d’enfants, qui admettrait difficilement la pénétration d’étrangers. Ils critiquent par ailleurs le collectivisme à outrance ou bien les dérapages autoritaires exercés par le couple de directeurs pour arbitrer les débats, tandis que déjà s’annonce la guerre froide et les pays de l’Est ne sont pas représentés.

Une seconde expérience est néanmoins tentée l’année suivante au Luxembourg, à Esch-sur-Alzette, qui tente de prendre le contrepied du camp de Moulin-Vieux, tout du moins d’en tirer des enseignements. C’est pourquoi, cette fois le camp réévalue la place des adultes et le selfgovernment intégral des premiers jours de Moulin-Vieux cède la place à une organisation concertée ; si les jeunes doivent s’organiser et administrer en partie le camp, s’il y a trois groupes d’enfants avec dans chacun un responsable (par exemple un maire de communauté d’enfants) et un interprète, un conseil d’enfants à désigner par voie d’élection ainsi qu’un comité de rédaction du journal du camp, ils seront encadrés par une équipe pédagogique choisie préalablement. Si cet événement apparaît comme un succès du point de vue de la participation et semble un temps faire oublier Moulin-Vieux, le suivant en 1951, à Jugenheim, en Allemagne, constituera la dernière expérience du genre.

Cette contribution qui souhaite questionner tout à la fois le modèle de la République d’enfants et les différentes formes d’éducation à la citoyenneté qui y sont déclinées, dans une perspective transnationale, s’appuiera sur les archives de l’Unesco ainsi que celles du psychiatre Robert Préaut, lui-même directeur d’une République d’enfants dans l’Oise et premier président de la Fice.


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.